Qu’ainsi n’advienne!

Par: Åge M. Åleskjær
De: July-August 2010
Trouvé dans: L’Evangile de la grâce
Il est important de voir ce que l’on dit et ce que l’on NE dit PAS

Nous ne réduisons pas le standard moral; en fait, le fruit de la vie dans le Christ porte en soi un standard moral supérieur.

Certaines perosnnes deviennent confuses quand elles entendent que nous sommes délivrées de la loi et que comme chretiens nés à nouveau nous n’avons qu’un seul commandement au lieu de dix.  Bien que cette vérité vienne tout droit de la bible, il est nécessaire de mettre l’accent sur ce qu’on ne dit pas. Nous ne réduisons pas le standard moral; en fait, le fruit de la vie dans le Christ porte en soi un standard moral supérieur. La vie que nous décrivons n’est en fait accessible qu’au chrétien né à nouveau qui permet au Christ de vivre Sa vie en lui. Et ainsi nous disons avec l’apôtre Paul « En aucun cas ! »

« Que dirons-nous donc? Demeurions-nous dans le péché afin que la grâce abonde ?
Qu’ainsi n’advienne! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrons-nous encore dans le péché ? » (Romains 6 :1-2)

« Car le péché ne dominera pas sur vous, parce que vous n’êtes pas sous la loi, mais sous la grâce.
Quoi donc ! pécherions-nous, parce que nous ne sommes pas sous la loi, mais sous la grâce ? Qu’ainsi n’advienne ! » (Romains 6 :14-15)

Paul utilise l’expression « qu’ainsi n’advienne ! » ou « En aucun cas ! » Ce que Paul dit en réalité est « ceci revient à totalement mal comprendre le message ! »

Il utilise cette expression quand les gens tirent une mauvaise conclusion de son enseignement ou en imagine de mauvaises conséquences.

Il utilise cette expression quand les gens tirent une mauvaise conclusion de son enseignement ou en imagine de fausses conséquences. En fait, c’est lui-même qui arrête la pensée que nous pouvons continuer à pécher afin que la grâce abonde. Il comprend que quelqu’un peut croire que c’est ce qu’il dit, aussi il pose la question afin de pouvoir y répondre.

Malheureusement, ceci est aussi actuel pour moi. Après que des pasteurs et certaines personnes ont mal interprété ce que nous enseignons, je dois crier fort « Qu’ainsi n’advienne ! En aucun cas ! »

Il est clair que certains ont totalement mal compris notre enseignement sur la liberté par rapport à la loi. Certains se sont écriés et dirent que la liberté par rapport à la loi conduit vers une société sans loi. Mais c’est exactement cette conlusion qui est rejetée par Paul dans la lettre aux Romains 6:12 et 14-15. Là il dit que cela est le seul chemin possible vers la sanctification et la victoire sur le péché !

C’est pourquoi c’est une idée totalement fausse quand certains pensent que nous donnons une licence pour pécher. Certains pensent même que si nous apportons la liberté par rapport à la loi, nous venons avec une vie sans loi ou hors-loi. Mais ils n’ont pas compris ce que dit la bible quand elle dit que nous sommes délivrés de la loi. Un chrétien qui est né à nouveau et qui a la semence de Dieu en lui et marche en amour, se soumettra automatiquement aux lois de Dieu qui sont écrites dans son coeur, et aux autorités de son pays. 

C’est pourquoi c’est une idée totalement fausse quand certains pensent que nous donnons une licence pour pécher. 

La bible dit q’une vie sans loi sera une charactéristique de la fin des temps, parmi les pécheurs et ceux sans Dieu. Cette vie sans loi est liée à l’esprit de l’antichrist qui est lui seul hors-la-loi.  Mélanger cela avec le combat de Paul pour la vérité de l’Evangile et la délivrance de la loi et des oeuvres est en manqué complètement le point. C’est un mélange de mots et de phrases causé par la confusion du language.

La sainteté est aussi une oeuvre de la grâce, comme le salut.

Ayez une interprétation correcte de la grâce. A la fin de la lettre aux Romains chapitre 5 Paul loue « les richesses de Sa grâce ». Il dit « Or la loi est intervenue afin que la faute abondât ; mais là où le péché abondait, la grâce a surabondé , afin que, comme le péché a regné par la mort, ainsi aussi la grâce régnât par la justice pour la vie éternelle par Jésus-Christ notre Seigneur. » (Romains 5 :20-21)

Ceux qui ont peur que nous prêchons trop de grâce n’ont pas compris la totalité du message. Romains 6 :1-2 est en fait une réponse directe à l’idée que certains se font – que l’accent que Paul met sur la grâce peut donner aux gens une liberté de pécher, parce que la grâce est si grande.

C’est à ce moment là qu’il s’écrie « Que cela n’advienne ! »

Mort au péché

En fait Paul révèle quelque chose qui nous libère. Au lieu de l’abondance d’une grâce qui donne un permis de pécher, il nous révèle une grâce si grande qu’elle nous libère du péché ! Le sang de Jésus nous rince de tous péchés et quand nous mourons avec Lui, nous mourons au péché.

C’est la part de l’Evangile où nous manquons un enseignement correct et sobre, et cela rend les gens confus. Les gens ont raté le message magnifique de Romains 6 :1-2, parce que l’enseignement traditionnel a mis l’accent sur la chute et la nature pécheresse de l’humanité. Le message est que Jésus a fait plus que de pardonner nos péchés : Il nous a délivré du péché et de son pouvoir.

La Parole est très clair sur la conséquence d’ « être mort avec le Christ » :

« Sachant ceci, que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit annulé, pour que nous ne servions plus le péché. » (Romains 6 :6)

Le chapitre continue à élaborer ce que cela veut dire et nous explique notre union avec Jésus dans Sa mort et résurrection. « Car en ce qu’il est mort, il est mort une fois pour toutes au péché ; mais en ce qu’il vit, il vit à Dieu. De même pour vous aussi, tenez-vous vous-mêmes pour morts au péché, mais pour vivants à Dieu dans le Christ Jésus. » (Romains 6 :10-12)

Il nous montre déjà dans le chapitre 5 que le salut est plus fort que la chute :
« Car si, par la faute d’un seul, la mort a régné par un seul, beaucoup plutôt ceux qui reҫoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice, régneront-ils en vie par un seul, Jésus Christ. » (Romains 5 :17)

La grâce sanctifie

T.B. Barrat écrit un livre avec un bon titre qui, traduit, revient à peu près à cela : l’oeuvre sanctifiante de la grâce. Ceci en est le point : la sainteté est toujours une oeuvre de la grâce, de la même faҫon que le salut. C’est pourquoi Paul écrit à Titus,
« Car la grâce de Dieu qui apporte le salut est apparue à tous les hommes, nous enseignant que, reniant l’impiété et les convoitises mondaines, nous vivions dans le présent siècle sobrement, et justement, et pieusement…( Titus 2 :11-12)

En d’autres termes : aussi bien la justification que la sanctification nous sommes données par le Christ (1 Corinthiens 1 :30). Nous sommes sauvés par la grâce par la foi, non pas par les oeuvres. Le verset suivant nous dit aussi que nous sommes Son oeuvre « créés par le Christ Jésus pour les bonnes oeuvres » (Ephésiens 2 :8-10)

En fait, le pardon et la rémission des péchés ainsi qu’une nouvelle vie produisant de bonnes oeuvres sont inclus dans Sa grâce. Il n’y a pas d’ouverture pour des efforts personnels et des oeuvres humaines dans ces domaines. Celui qui se glorifie, qu’il se glorifie dans le Seigneur !

Si nos forces ou nos efforts jouaient une part dans cela, nous aurions de quoi nous vanter. Il est naturel pour l’homme de rechercher quelque chose à se vanter. Mais notre vantardise est exclue ! Si le résultat est bon, cela est à la gloire de Dieu et à Sa grâce (Ephésiens 1 :6)

Le sang de Jésus enlève aussi l’amour du péché ; il nous fait aimer les choses que Dieu aime et haïr ce qu’Il hait.

La grâce et le salut ne viennent pas de nos oeuvres, mais de Dieu (Ephésiens 2 :8-10)

La nouvelle vie ne vient pas de nous, mais de Dieu (Jean 1 :12-13)

Nous ne pouvons rien penser ou rien faire de nous-mêmes, mais notre suffisance est en Dieu. (2 Corinthiens 3 :5)

C’est Dieuqui nous a placé dans le Christ, et Il est devenu notre justice, sainteté et rédemption, afin que celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur (1 Corinthines 1 :30-31)

« L’essence de l’Evangile »
A.B. Simpsons décrit d’une belle manière les richesses du salut. Il parle d’abord du sang qui lave tous les péchés, et il continue :
« Mais le sang en fait encore davantage. C’est la faҫon de Dieu d’enlever le péché du coeur de l’homme et de donner à l’homme qui est tombé et faible le pouvoir d’être et de se tenir juste devant Dieu et envers les autres.

Il continue:

« La nature humaine est faible et l’essence même de l’évangile est de donner le pouvoir de choisir et faire ce qui est juste. Il enlève l’amour du péché, il nous fait aimer les choses que Dieu aime et haïr ce qu’Il hait. Il a le pouvoir de laver, purifier et de redresser la nature humaine. C’est une force divine placée dans le coeur de l’homme et elle nous fait marcher dans ses chemins et garder ses commandements. »

Voilà l’Evangile dans lequel nous croyons et que nous prêchons! Ce message était le centre du mouvement appelé « le mouvement de sainteté » aux Etats-Unis vers la fin du 19ème siècle. Des enseignants comme Simpson, Keynon et John G. Lake apportèrent une autre dimension dans leur enseignement centré sur Jésus dans un siècle qui était marqué par les expériences personnelles. Nous remercions Dieu d’avoir élever ces voix qui continuent de bénir et guider un siècle plus tard.

Aussi nous demandons aux gens de faire attention à tout ce que nous disons et de saisir le message entier.

Notre message sur la délivrance de la loi est sur la faҫon dont Dieu nous sanctifie.

« Seulement celui qui est delivré de la loi est libéré du péché.»

« Car le péché ne dominera pas sur vous, parce que vous n’êtes pas sous la loi, mais sous la grâce.” (Rom. 6:14)

C’est dans cela que le message de la délivrance de la loi a sa plus grande force. Je désire citer de la bible norvégienne d’études :
« Seulement celui qui est délivré de la loi, est liberé du péché »

Alors vous l’avez saisi! Parce que les passions des péchés étaient éveillés par la loi (Romains 7 :5), le salut devait nous délivrer de la loi pour nous donner une vie de victoire sur le péché. Il n’y a rien de mal avec la loi – elle est sainte et juste et bonne. Le problème est le péché. Il est éveillé par la loi, et le commandement qui devait apporter la vie, apporte en fait la mort. C’est cela que le chapitre 7 dans la lettre aux Romains décrit avec beaucoup de détails.

Il est important de comprendre que « ce qui était impossible à la loi, en ce qu’elle était faible par la chair, Dieu le fit » (Romains 8 :3). Nous remercions Dieu qui, en envoyant son Fils Jésus Christ, nous délivra de « la loi du péché et de la mort » (Romains 7 :24-25 et 8 :1-2).

Laissez-moi vous rappeler que cette vie n’est possible que pour ceux qui sont à nouveau. Nous devons être nés une nouvelle fois pour voir le royaume de Dieu.

Réellement libres

Jésus enseignait sur la liberté par rapport au péché. Il disait que si nous demeurons dans sa Parole, nous connaîtrons la vérité et la vérité nous affranchira (Jean 8 :32). Et il continue : « En vérité, en vérité je vous dis : Quiconque pratique le péché est esclave du péché. Or l’esclave ne demeure pas dans la maison pour toujours ; le fils y demeure pour toujours. Si donc le Fils vous affranchit, sous serez réellement libres. » (Jean 8 :34-36)

Ainsi il existe une liberté réelle pour les esclaves du péché ! 1 Pierre 4 :1 dit que nous devons nous armer de cette pensée « nous avons cessé de pécher (nous nous reposons du péché)». 

Jésus, Pierre, Jean et Paul ont tous une message libérateur qui nous délivre du péché.

Par: Åge M. Åleskjær

Former Senior Pastor at Oslo Christian Center, now spending most of his time ministering all over Norway and internationally.

Plus sur Åge M. Åleskjær | Article par Åge M. Åleskjær