Identification

Par: Åge M. Åleskjær
De: November-December 2010
Trouvé dans: L’Evangile de la grâce
Quelles sont les conséquences du Calvaire pour nous? Réalisons-nous ce qui nous est arrivé quand nous sommes morts et ressuscités avec Jésus?

Le mistère de la croix est que le Christ s’identifia avec nous et que nous devinrent un avec Lui. Parce qu’Il devint un avec nous, qu’Il prit notre place, porta nos péchés, notre punition, notre blâme et jugement, nous pouvons nous identifiés avec Lui, devenir un avec Sa justice, Sa victoire, Sa liberté et Sa sainteté. Regardez ce que disent les Ecritures : « Celui qui n’a pas connu le péché, il l’a fait péché pour nous, afin que nous devinssions justice de Dieu en lui. » (2 Corinthiens 5 :21)

Il se fit un avec notre péché afin que nous puissions devenir un avec Lui en justice.

« Car si nous avons été identifiés avec lui dans la ressemblance de sa mort, nous le serons donc aussi dans la ressemblance de sa résurrection ; sachant ceci, que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit annulé, pour que nous ne servions plus le péché. » (Romains 6 :5-6)

Par sa mort et résurrection nous sommes morts et ressuscités. Nous sommes morts au péché et vivants pour Dieu. Tout arriva parce que Jésus devint un avec nous de telle manière que nous mourûment avec Lui et ressuscitèrent avec Lui.

Les conséquences du Calvaire sont énormes!

Jésus mit sur lui toutes nos infirmités et maladies afin que nous recevions Sa santé (Matthieu 8 :17).

Jésus devint pauvre afin que, par sa pauvreté, nous devinssions riches (2 Corinthiens 8 :9)

Par la croix du Christ le monde fut crucifié pour nous, et nous furent crucifiés pour le monde (Galates 6 :14)

Les conséquences du Calvaire sont énormes !

Les effets de la Rédemption

Regardons d’un peu plus près la rédemption et ce qui nous arriva quand nous furent identifiés avec Jésus.

Morts au péché, vivants pour Dieu
Jésus a pris les péchés du monde d’une telle manière que les péchés sont payés et effacés. Mais l’homme resterait misérable si le pécheur en lui ne fut pas enlevé lui aussi. Comme pécheur, l’homme vit une vie de péchés et produit continuellement de nouveaux péchés. Avec Jésus comme Seigneur et Sauveur une telle vie serait pleine de frustrations. Aussi la solution de Dieu à ce problème est fondamentale dans l’Evangile.  La solution et le message est que « nous mourons au péché » quand « nous mourons avec le Christ ».

« Sachant ceci, que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit annulé, pour que nous ne servions plus le péché » (Romains 6 :6)

Jésus n’a pas seulement traité le péché, il a aussi tué le pécheur.

En voilà une bonne nouvelle ! Jésus n’a pas seulement traité le péché, il a aussi tué le pécheur. En Lui nous sommes des créatures nouvelles avec la nature de Dieu en nous. Nous ne pouvons plus pécher, parce que nous sommes nés de Dieu. (1 Jean 3 :9)

Ceci est un message fondamental. Pourtant, la bible nous enseigne que les ‘nourrissons dans le Christ’ sont encore dans la chair et que les chrétiens peuvent encore pécher. Jean parle de ce sujet et de comment il doit être traité  dans le premier chapitre de sa première lettre. Mais cela ne doit pas enlever le dard des messages donnés dans Romains 6 :1-11, 1 Jean 3 :9 et 5 :18, et 1 Pierre 4 :1-2.

Romains 6 :11 nous dit de nous compter pour morts au péché, mais vivants pour Dieu dans le Christ notre Seigneur. Pierre dit que nous avons cessé de pécher (1 Pierre 4 :1) et Jésus souligne et accentue le fait que « Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. » (Jean 8 :32-36)

Libérés de la loi
Dans le Christ, les Juifs moururent à la loi, et Jésus est la fin de la loi. Le but de la loi est accompli, et nous sommes libres. Il en est de même pour les Juifs qui sont nés à nouveau.

Seulement ceux délivrés de la loi, sont libérés du péché.

La délivrance de la loi est une nécessité absolue pour vivre une vie affranchie de tout péché : « car le péché ne dominera pas sur vous, parce que vous n’êtes pas sous la loi, mais sous la grâce. » (Romains 6 :14)

Seulement ceux délivrés de la loi, sont libérés du péché.

Non pas sous les malédictions, mais sous les bénédictions d’Abraham.
Certaines personnes sont intéressées par les malédictions de la loi. Mais nous n’avons jamais été sous la loi, et ainsi donc jamais sous ses malédictions non plus. Et le message fantastique et libérateur est que les Juifs aussi en sont délivrés. « Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous. » (Galates 3 :13)

Certaines personnes sont intéressées par les malédictions de la loi. Mais nous n’avons jamais été sous la loi, et ainsi donc jamais sous ses malédictions non plus. 

La rédemption brise le joug de la pauvreté et des maladies, et nous conduit dans les bénédictions d’Abraham.

Il devint pauvre afin que nous devinssions riches
« Car vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, comment étant riche, il a vécu dans la pauvreté pour vous, afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis. » (2 Corinthiens 8 :9)

Le contexte de ce verset est une exhortation à donner. Paul les encourage à donner et leur rappelle cette chose fantastique que Jésus – qui était plus riche que quiconque – devint pauvre pour nous. Sur la croix, Il fut dépouillé de tout. Il fut pauvre, sans famille et sans toit, affamé, nu, assoiffé, tout cela pour notre cause afin que nous puissions devenir riches.

Dieu veut que nous ayons tout en suffisance et en abondance pour toutes bonnes oeuvres (2 Corinthiens 9:8)

Il déclare que « toutes choses sont à nous ! » Cela est le résultat de la rédemption sur la croix. Ce sont des effets secondaires de notre justification.

Il porta nos maladies afin de nous donner sa santé
« Lui-même a pris nos langueurs, et a porté nos maladies » (Matthieu 8 :17)

La prophétie citée dans Matthieu 8 :17 est une prophétie d’Esaïe 53 :4-5.
« Certainement, lui, a porté nos langueurs, et s’est chargé de nos douleurs ; et nous, nous l’avons estimé battu, frappé de Dieu, et affligé ; mais il a été blessé pour nos transgressions, il a été meurtri pour nos iniquités ; le châtiment de notre paix a été sur lui, et par ses meurtrissures nous sommes guéris. » (Esaïe 53 :4-5)

L’évangile de guérison est quelque chose de plus que l’intercession et l’imposition des mains, bien que ceux-ci aient leur place dans le ministère des saints. La rédemption est le fondement d’une vie en bonne santé, une vie sans maladie.

Cela est en accord avec la promesse donnée dans Exode 23 :25-26 : « J’ôterai la maladie du milieu de toi » et « J’accomplirai le nombre de tes jours. »

Une bonne santé et une longue vie sont les résultats du Calvaire !

Crucifiés au monde
« Mais qu’il ne m’arrive pas à moi de me glorifier, sinon en la croix de notre Seigneur Jésus Christ, par laquelle le monde m’est crucifié, et moi au monde. » (Galates 6 :14)

Le monde m’est crucifié. Qu’est-ce que cela veut-il dire?
Le Calvaire fut un jugement du monde et du chef de ce monde (Jean 12 :31). Le monde fut jugé ainsi que le chef de ce monde. Le monde fut condamné à périr, et le chef condamné à être maudit à jamais.

Il est nécessaire d’établir un nouveau rapport au ‘monde’. Le mot ‘monde’ peut ici être traduit par ‘âge’. L’esprit qui travaille dans les enfants de l’incroyance est en faillite. Il laisse sa porte ouverte, mais nous sommes délivrés de son attraction et de sa tromperie. Le monde nous est crucifié.

L’esprit qui travaille dans les enfants de l’incroyance est en faillite.

Le monde est encore très actif, même s’il est en faillite et qu’il n’a pas de futur. Mais quand nous sommes crucifiés au monde, nous sommes délivrés de sa domination. Le chef de ce monde n’est pas le chef dans mon monde, parce que nous sommes délivrés du pouvoir des ténèbres et placés dans le royaume du Fils par Son amour. C’est Jésus qui est le Seigneur dans notre monde. Nous vivons dans son royaume et le chef de ce monde « n’ a rien sur nous. »  C’est pourquoi Jean dit : « Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier gît dans le méchant et le méchant ne le touche pas » (Jean 5 :18-19)

Nous sommes magnifiquement rachetés et nous sommes libres. Nous sommes sortis d’Egypte et nous sommes loin du pharaon et de ses soldats. Nous sommes maintenant dans le pays de Canaan, un pays de lait et de miel.

Le monde nous appartient
Cela peut être un peu confus que la bible en même temps dit que « Le monde est à nous. » Mais pour comprendre, il faut faire la différence entre le monde comme l’esprit de ce temps et le monde comme la terre et tout ce qui s’y trouve. Dieu nous a rachetés de l’esprit de ce temps, et nous a délivrés du pouvoir des ténèbres et du chef de ce monde.

C’est Dieu qui créa ce monde et sa plénitude afin que ses enfants puissent en jouir et l’assujettir. Il ne créa pas la terrre pour le diable et ses enfants.

Nous sommes destinés à régner dans cette vie-là.

Selon la Genèse 1, Dieu voulut donner à ses enfants de l’or, des diamants, des plantes et des graines, du pétrole, et toutes autres richesses.

Maintenant, cette bénédiction a été rachetée pour nous. 1 Corinthiens 3 :21-23 explique que tout nous appartient : le monde, la vie et la mort, les choses présentes et les choses à venir. Nous sommes devenus riches en toutes choses.

Nous sommes destinés à régner ; nous sommes des rois et des prêtres pour notre Dieu. Le Christ est la tête – nous sommes le corps. Toutes choses sont mises sous ses pieds, ce qui veut dire que tout le corps est mis au-dessus de toute principauté et puissance et force et dominion.

Nous en Lui et Lui en nous

Jésus dit :
« Demeurez en moi, et moi en vous. Comme le serment ne peut pas porter de fruit de lui-même, à moins qu’il ne demeure dans le cep, de même vous non plus, à moins que vous ne demeuriez en moi. Moi, je suis le cep, vous, les sarments. Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit ; car, séparés de moi, vous ne pouvez rien faire. » (Jean 15 :4-5)

Ceci est l’essence de la révélation que reçut l’apôtre Paul. Son message sur ce que nous sommes dans le Christ et sur ce que le Christ est en nous est le nerf central du Nouveau Testament. Le mistère qui est maintenant dévoilé est : « Christ en vous, l’espérance de la gloire » (Colossiens 1 :27)

L’identification avec le Christ se déclenche dans la rédemption quand Jésus devint un avec nos péchés, maladies et malédictions, et nous devenons un avec Sa mort, enterrement et résurrection.

Réalité et expérience – Non pas seulement théorie
Après la venue de l’Esprit le jour de la Pentecôte, cela devint une réalité vivante.
« En ce jour-là, vous connaîtrez que moi je suis en mon Père, et vous en moi et moi en vous ». (Jean 14 :20)

« Et par ceci nous savons qu’il demeure en nous, par l’Esprit qu’il nous a donné. » (1 Jean 3 :24)

L’expérience de cette réalité vivante vient avec le Saint Esprit. Notre identification avec le Christ est aussi totale que cela:
« Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu. Quand le Christ qui est notre vie, sera manifesté, alors vous aussi, vous serez manifestés avec lui en gloire. » (Colossiens 3 :3-4)

« Cachés avec le Christ en Dieu »
Avec cela, il n’est pas facile pour l’ennemi de t’atteindre. Il doit d’abord passer par Dieu et le Christ pour te trouver.

Voilà ce qu’est d’être Chrétien: Etre une Jésus-personne. C’est d’être un avec Lui.

Regardons de plus près l’expression « Christ, notre vie ». Nous sommes tellement un avec le Christ qu’Il est notre vie. Il est notre justice, sainteté et rédemption.
« Nous sommes crucifiés avec Christ. Ce n’est plus nous qui vivons, mais le Christ qui vit en nous » (Galates 2 :20)

Voilà ce qu’est d’être Chrétien: Etre une Jésus-personne. C’est d’être un avec Lui – Lui parlant avec notre bouche, touchant avec nos mains, et regardant à travers nos yeux.

Reinhard Bonnke fit cette expérience : Un vendeur dans une boutique tomba à genoux et demanda une prière quand Bonnke et son groupe vinrent dans le magasin pour acheter un instrument de musique. Il dit : « Je peux voir Jésus dans tes yeux ». Quand Bonnke demanda au Seigneur des explications sur cet incident, Il lui répondit : « Je vis en toi, et parfois je regarde par la fenêtre ».

Nous sommes comme Lui

Nous sommes entièrement uns avec le Christ. Nous sommes en Lui, et Lui est en nous. Cette unité se fit quand le Christ vint en nous. Lui devint un avec nous. Cela commença par Lui devenant un être humain. L’incarnation fut le commencement de Son identification avec nous.

« Puis donc que les enfants ont eu part au sang et à la chair, lui aussi semblablement y a participé, afin que, par la mort, il rendît impuissant celui qui avait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable. » (Hébreux 2 :14)

Pour être capable de nous sauver, Il dut devenir comme nous. Ce n’était qu’un représentant de l’humanité qui pouvait sauver les hommes.

Et ce ne fut que par la mort qu’Il put légitimement rentrer au Hades, c’est-à-dire chez les morts. Le diable dut combattre sur son propre terrain.
Dans cette rencontre entre Jésus et le diable, il y a beaucoup de choses que la sagesse de ce temps ne saisit pas ou que les théologiens modernes ne comprennent pas, parce cela ne peut qu’être compris spirituellement.

Nous sommes morts avec Lui, et avec cette mort, nous sommes morts au péché et nous sommes morts au monde.

Il vint vers nous en homme, et Il prit un autre pas : Il devint un avec nos péchés, nos maladies, nos malédictions. C’est pourquoi il dut mourir sur la croix, parce que le salaire du péché est la mort.

Ce fut quand le prix fut payé qu’Il put établir une justice éternelle.
« Car, par une seule offrande, il a rendu parfaits à perpétuité ceux qui sont sanctifiés. » (Hébreux 10 :14)

Morts avec Lui

C’est ici que se passe quelque chose d’incompréhensible : C’est parce que Lui devint un avec nous que nous devenons un avec Lui.

Notre union avec Lui le fait aussi notre justice, sainteté et rédemption. Voilà le message :
« Car si nous avons été identifiés avec lui dans la ressemblance de sa mort, nous le serons donc aussi dans la ressemblance de sa résurrection ; sachant ceci, que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit annulé, pour que nous ne servions plus le péché. Car celui qui est mort est justifié du péché. Or si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. » (Romains 6 :5-8)

La tradition a mis un voile sur la vérité et ce voile doit être enlevé.

Nous sommes morts avec Lui une fois pour toutes, et maintenant nous vivons une vie où nous sommes morts au péché, mais vivants pour Dieu. Le message dans la lettre aux Romains 6 est très clair et on ne peut pas se tromper. Lisez le sans préjudice. Vous comprendrez alors que ce message n’a pas pris racine dans la chrétienté aujourd’hui. La tradition a mis un voile sur la vérité et ce voile doit être enlevé.

Assis avec Lui dans les cieux

Paul se concentre sur qui nous sommes dans le Christ et sur ce qu’est le Christ en nous. Il dit qu’il travaille avec peine afin de présenter chaque homme parfait en Jésus Christ. Le fondement en est le mystère du Christ en nous.

« Dieu a voulu donner à connaître quelles sont les richesses de la gloire de ce mystère parmi les nations, c’est-à-dire Christ en vous l’espérance de la gloire, lequel nous annonҫons, exhortant tout homme en toute sagesse, afin que nous présentions tout homme parfait en Christ. » (Colossiens 1 :27-28)

Comme c’est cela qu’il souligne dans son enseignement, nous le retrouvons aussi dans la lettre aux Ephésiens. Il dit dans Ephésiens 3 :1-6 que le mystère qui lui fut révélé est écrit brièvement dans les chapitres 1 et 2. Ephésiens 2 :4-6 est un des très puissants messages sur notre identification avec le Christ : 

« Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause de son grand amour dont il nous a aimés, alors même que nous étions morts dans nos fautes, nous a vivifiés ensemble avec le Christ (vous êtes sauvés par la grâce), et nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes dans le Christ Jésus. » (Ephésiens 2 :4-6)

Morts avec lui, ressuscités avec Lui et assis avec Lui dans les Cieux. Nous sommes où Il est, et Il est où nous sommes.
« Comme il est, lui, nous sommes, nous aussi, dans ce monde. » (1 Jean 4 :17)

Ceci est difficile à accepter pour ceux qui ont l’habitude d’utiliser cette image de la tradition qui nous décrit comme pauvres et misérables pécheurs. Mais cela est simple et lumière glorieuse pour ceux qui se miroitent dans la loi parfaite de la liberté où luit la lumière de l’évangile.

Marcher en Lui

« Comme donc vous avez reçu le Christ Jésus, le Seigneur, marchez en lui, enracinés et édifiés en lui, et affermis dans la foi, selon que vous avez été enseignés, abondant en elle avec des actions de grâces.

Parce que le Christ est notre vie, nous n’avons pas besoin d’être aidés par la loi qui appartient aux principes de base du monde.

Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par de vaines déceptions, selon l’enseignement des hommes, selon les éléments du monde et non selon le Christ. Car en lui habite toute la plénitude de la déité corporellement; et vous êtes accomplis en lui, qui est le chef de toute principauté et autorité. »  (Colossiens 2 :6-10)

Ce n’est pas seulement le salut qui se fait en lui, mais aussi notre marche. Parce que le Christ est notre vie, nous n’avons pas besoin d’être aidés par la loi qui appartient aux principes de base du monde

« Christ est tout et en tout!  » (Colossiens 3:11)
Christ est tout! Alors nous n’avons besoin de rien d’autre que de Lui!

Par: Åge M. Åleskjær

Former Senior Pastor at Oslo Christian Center, now spending most of his time ministering all over Norway and internationally.

Plus sur Åge M. Åleskjær | Article par Åge M. Åleskjær