Vivre sans honte et culpabilité

Par: Peter Youngren
De: June-July 2012
Trouvé dans: L’Evangile de la grâce
« Etre juste devant Dieu » est un dilemme pour beaucoup de chrétiens.Quand est-ce que je suis assez bien pour Dieu ? Jésus raconte une historie de deux hommes qui avaient une approche complètement différente sur ce sujet.

Pour préparer cet article, je fis une recherche sur le web sur les mots « culpabilité et honte ». Parmi tous les articles sur ces sujets, il n’y avait qu’une référence religieuse sur la liste des articles les plus cités, et cet article ne mentionnait pas l’Evangile du Christ. C’était une analyse qui disait que les personnes qui participaient aux émeutes étaient souvent poussés par des sentiments de honte et de culpabilité. Quels étaient les autres articles en dehors de celui-là ? Des articles écrits dans des revues de psychologie et concernés par les conséquences que la honte et la culpabilité dans la vie des parents pouvaient avoir dans l’éducation des enfants. Tous les articles essayaient d’aider les lecteurs à réussir dans leur vie, et étaient concernés par comment la honte et la culpabilité empêchaient les gens de s’épanouir.

Il est clair que le monde séculaire réalise l’importance de ce sujet. Il reconnait que la honte et la culpabilité empêchent de réussir, de prospérer et d’établir de bonnes relations. Pourtant la vraie réponse aux problèmes causés par la honte et la culpabilité n’est pas à trouver dans les efforts personnels, mais dans la grâce de Dieu.

Que sont la honte et la culpabilité?

La culpabilité est un sentiment négatif lié à une action que nous avons faite ou que nous pensons avoir faite. La honte est un sentiment plus profond. C’est un sentiment lié sur ce que nous pensons que nous sommes au plus profond de notre être. La honte est une question de notre nature véritable. Quand la culpabilité et la honte dominent dans la vie de quelqu’un, des effets négatifs en sont visibles :
1. cette personne dénigre les autres afin de s’élever soi-même
2. elle peut devenir perfectioniste afin d’éviter ce qui peut créer des sentiments négatifs sur sa personne
3. elle cherche des positions et titres élevés afin de recevoir des approbations
4. elle blâme les autres afin d’éviter d’être elle-même blamée
5. elle devient un souffre-douleur permettant aux autres de l’abuser afin d’augmenter sa propre valeur
6. elle peut finalement se retirer de la compagnie des autres, se cacher, s’isoler et ne plus être capable de se débrouiller dans la vie.

Ces méchanismes sont au mieux temporaires, mais à la longue ils créent encore davantage de honte et de culpabilité.

Le pharisien et le collecteur d’impôts

Jésus raconta une histoire sur deux hommes qui se sentaient profondément coupables et honteux: « Et il dit aussi cette parabole à quelques-uns qui se confiaient en eux-mêmes comme s’ils étaient justes, et qui tenaient le reste des hommes pour rien : Deux hommes montèrent au temple pour prier, l’un pharisien, l’autre publicain. Le pharisien, se tenant à l’écart, priait en lui-même en ces termes : O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes qui sont ravisseurs, injustes ou adultères ; ou même comme ce publicain. Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède. Et le publicain, se tenant loin, ne voulait même pas lever les yeux vers le ciel, mais se frappait la poitrine, disant : O Dieu, sois apaisé envers moi, pécheur ! Je vous dis que celui-ci descendit dans sa maison justifié plutôt que l’autre. » (Luc 18 :9-14)

Tout être humain a un sentiment inné de ne pas être juste ou en ordre avec Dieu, et il ira quelque part pour essayer de mettre de l’ordre dans cette relation

Il y a un acte qui est aussi ancien que le jardin d’Eden – deux êtres humains allant vers une place sacrée pour mettre de l’ordre dans leur relation avec Dieu – pour être justifiés. On trouve cet acte chez les chrétiens, les hindous et les musulmans. Tout être humain a un sentiment inné de ne pas être juste ou en ordre avec Dieu, et il ira quelque part pour essayer de mettre de l’ordre dans cette relation. Les chrétiens évangéliques savent tous comment entrer en ordre avec Dieu,  mais après toutes leurs tentatives, l’insécurité persiste.

Les deux hommes étaient croyants, sinon ils ne seraient pas allés au temple. Ils étaient sincères, chacun à sa faҫon, mais ils étaient aussi insuffisants : incapables de se rendre justes et justifiés.

Se vanter de ses exploits

Le pharisien s’approche de Dieu en s’appuyant sur trois fondements : ce qu’il fait, ce qu’il ne fait pas et ce que les autres font. Il se juge lui-même selon ses activités spirituelles et en se comparant aux autres. Beaucoup pensent de la même manière que lui, chrétiens inclus. Quand vous découvrez la grâce de Dieu, toute cette faҫon de penser s’écroule. C’est ce qui arriva à l’apôtre Paul qui écrit que ce qui fut un « gain » devint une « perte » et que ce qu’il tenait comme précieux comptait maintenant comme des « ordures» (Philippiens 3 :8).

Les pratiques religieuses sincères sont l’ennemi le plus dangereux de l’Evangile. Elles proposent aux hommes l’acceptation de Dieu basée sur leurs activités spirituelles.

Beaucoup ont cette idée que, aussi longtemps qu’ils sont sincères, cela suffit, mais Paul nous dit que malgré sa sincérité et son zèle, tout cela compta en fait contre lui. Ce qu’il comptait comme un plus ne devint pas seulement un zéro ; cela le mit sous zéro. La religion qui l’engageait sincèrement le déҫut, parce qu’elle lui fit croire qu’il était quelqu’un alors qu’il nétait rien en réalité. Les pratiques religieuses sincères sont l’ennemi le plus dangereux de l’Evangile. Elles proposent aux hommes l’acceptation de Dieu basée sur leurs activités spirituelles. Le pharisien dans la parabole de Jésus échoua complètement dans sa tentative de justification. Il retourna chez lui tout aussi coupable et honteux qu’avant. Regardons un peu le récit de ses exploits :

Pouvons-nous accuser un homme qui n’est pas un ravisseur?
Qui n’est pas injuste?
Qui ne commet pas d’adultère ?
Comment est-ce q’un homme qui jeûne, prie, donne la dîme, peut-il aller à la synagogue et être un avertissement et l’exemple d’un échec ? Un tel homme ne devrait-il pas être un exemple de sainteté que nous devrions tous imiter et rivaliser avec ? Non pas selon Jésus.

La parabole fit allusion à quelque chose de désespéramment faux. Le pharisien commenҫa en disant : « Je ne suis pas comme les autres ». Les Ecritures donnent une liste de sept abominations, et numéro un sur cette liste est “un regard fier ” ou “regard hautain” (Proverbes 6 :17). La condescendance – c’est-à-dire se penser meilleur que les autres – montre que quelque chose est désespéramment faux.

Au moment où le pharisien dit « Je ne suis pas comme les autres », il brise tous les dix commandements, parce que les dix commandements sont une expression de l’amour de Dieu et décrivent ainsi une relation d’amour entre les êtres humains – non pas de la condescendance.

Le problème du pharisien dans la parabole de Jésus, et le dilemme de toutes les religions, se résume à cela : Quand est-ce que assez est assez?

Si nous aimons les autres nous ne convoitons pas leurs possessions et nous ne disons aucun mal sur eux. La loi était sacrée et juste, mais la faute des pharisiens fut qu’ils firent des commandements le chemin du salut. Cela ne fut jamais l’intention de la loi, parce que le vrai salut ne vient que par la grâce et la miséricorde du Seigneur Jésus Christ. Alors que les Hébreux furent justifiés en faisant des sacrifices qui pointaient vers le sacrifice ultime de Jésus sur la croix, nous recevons le don de justice en regardant en arrière vers la croix.

Le problème du pharisien dans la parabole de Jésus, et le dilemme de toutes les religions, se résume à cela : « Quand est-ce que assez est assez? Quand est-ce que je suis assez bon ? Ai-je assez jeûné ? Ai-je assez prié? Ai-je assez-lu dans la bible? »

Quand est-ce que assez est assez?

Si nous dépendons d’observations extérieures, il y aura toujours quelque chose qui manquera et comme le pharisien, nous continuerons à être chargés de culpabilité et de honte. Mais voici le contraste : Alors que la méthode du pharisien pour être en ordre avec Dieu fut de mettre son regard sur soi et sur le collecteur d’impôts, le collecteur d’impôts ne regarda que Dieu et sa miséricorde.

Nu devant Dieu

Qui était le collecteur d’impôts ? C’était un escroc professionnel, un mafioso qui habitait dans la plus grande maison du village et qui faisait son argent en menaҫant les gens.

Voyez-vous le contraste ? D’un côté vous avez le pharisien qui semble très religeux, de l’autre vous avez le pire escroc du village. La vérité dans l’histoire est que celui qui aurait pu se vanter était le collecteur d’impôts parce que lui au moins il savait que son seul espoir était Dieu. Il savait qu’il n’était rien et qu’il avait des ennuis, et cette connaissance lui donna un bon début.

Le pharisien dit, « O moi », alors que le collecteur d’impôts dit « O Dieu ».

Le pharisien dit, « O moi », alors que le collecteur d’impôts dit « O Dieu ». Le pharisien dit : « Dieu, sois envers moi selon ce que j’ai fait », alors que le collecteur d’impôts dit « Dieu, sois envers moi selon qui Tu es ». Le pharisien se tint dans le temple avec une liste d’activités achevées, alors que le collecteur d’impôts se tint nu devant Dieu. C’est comme s’il disait : «  O Dieu, tu sais tout, je ne peux pas faire une liste de toutes mes fautes ; j’en appelle à ta miséricorde ».

Quand Adam se sépara de Dieu dans le jardin, il ressentit de la honte quand il découvrit sa nudité. Les gens ne se sentent pas honteux quand ils sont nus sous la douche. Ce n’est pas non plus la nudité qui rendit Adam honteux, c’était le fait que quelqu’un – Dieu – pouvait le voir. C’est pourquoi il prit une feuille de figuier pour se couvrir –– pour cacher son sentiment de culpabilité à cause de ce qu’il avait fait et pour cacher son sentiment de honte sur qui il était. Mais la couverture ne donna aucun résultat, et Adam continua sa vie dans la honte et la culpabilité.

De nos jours, beaucoup de personnes essaient de couvrir leur honte avec une liste d’accomplissements et de justification personnelle, et les résultats sont décevants. Ils vont à l’église pour recevoir un soulagement temporaire de la condamnation qu’ils ressentent, mais comme le pharisien, ils rentrent chez eux tout aussi coupables et incertains. En contraste, le collecteur d’impôts repésente ceux qui n’ont rien pour se couvrir – aucun moyen de se justifier de soi-même par leurs actes. Il demande que Dieu agisse envers lui à partir de Son amour. Il savait qu’il avait besoin de la miséricorde de Dieu et il rentra justifié.

De nos jours, beaucoup de personnes essaient de couvrir leur honte avec une liste d’accomplissements et de justification personnelle, et les résultats sont décevants.

Comment Dieu peut-Il justifier les mauvais et en même temps être juste ?

Parce qu’il y a une loi qui précède,  remplace et supplante la loi de Moïse et toute loi trouvée dans les religions.Cette loi d’avant les temps dit que Dieu peut être juste et aimant tout en même temps. Comment ? Si Dieu choisit de venir et de prendre toute punition, honte et culpabilité du genre humain sur Lui-même, alors le péché sera payé et l’amour sera révélé. Voilà l’Evangile – Jésus est l’Agneau de Dieu immolé avant la fondation du monde pour les péchés du monde.

Une nouvelle race

Cette loi d’amour est maintenant représentée en Jésus. Comme le dernier Adam il créa une nouvelle race dans laquelle tout péché est remis, tout acte coupable pardonné et toute dette réglée à jamais.

Cette vérité est peinte dans l’histoire de David et Goliath. Goliath dit qu’il voulait représenter tous les philistins et les israëlites durent aussi choisir leur homme. David fut leur homme. Cela veut dire que tous les philistins sont en Goliath et tous les israëlites en David.

Comme le dernier Adam Il créa une nouvelle race dans laquelle tout péché est remis, tout acte coupable pardonné et toute dette réglée à jamais.

Et tout ce qui arrivera à Goliath arrivera aux philistins. Si Goliath sort vainqueur, les philistins seront vainqueurs. S’il aura la tête coupée, ce sera comme si les tous les philistins auront leur tête coupée. Et si David est vainqueur, tous les israëlites seront vainqueurs. Cette idée qu’un homme représente tout un peuple se trouve dans cette histoire. L’Evangile est que Dieu fut dans le Christ et réconcilia le monde avec Lui-même (2 Corinthiens 5 :19). Jésus prit toute l’humanité avec Lui sur la croix, afin que Sa victoire devienne la victoire de chacun de nous. Aucune religion dans le monde n’a jamais inventé cela.

Les fondamentalistes évangéliques ont particulièrement des problèmes avec cela : « Je me demande si je suis bien pour Dieu ? » Finissez-en avec cette question. Il n’y a plus rien a discuté. Il n’y a rien de plus nuisible pour l’Evangile que des pharisiens gémissants et pleurnichants qui vivent leur vie en se demandant où ils en sont avec Dieu. Cela a été réglé une fois pour toutes en Jésus Christ – vous êtes justifiés, vous êtes justes devant Dieu.

La bible dit que nous avons tous péchés et que nous n’atteignons pas à la gloire de Dieu (Romains 3 :23). Qu’est-ce que la gloire de Dieu ? Selon le livre de l’Exode, trois mots décrivent la gloire de Dieu : Sa bonté , Sa bienveillance, et Sa compassion. L’amour – voilà la gloire de Dieu ! Ainsi tous nous avons péchés et nous n’atteignons pas à la bonté, la bienveillance et l’amour. Le salut doit être restauré et établi dans un lieu plein d’assurance de l’amour infaillible de Dieu. 
Enlevez votre feuille de figuier. Il n’y a pas de honte devant Dieu. L’enjeu n’en est pas ce que vous faites ou ne faites pas, mais l’amour.
Manquez-vous de bonté, de bienveillance, d’amour, de compassion de Dieu ? Ne savez-vous pas que Dieu vous aime ?

Jésus prit sur Lui toute culpabilité, toute honte et tous ces sentiments intérieurs d’indignité. Enlevez la feuille de figuier que la religion impose!

Votre justification devant Dieu est réglée. Jésus prit sur Lui toute culpabilité, toute honte et tous ces sentiments intérieurs d’indignité. Enlevez la feuille de figuier que la religion impose! Si vous vous tenez devant Dieu avec cette feuille de figuier, vous ne serez jamais délivrés de la culpabilité et honte que vos actes vous donnent.

Deux personnes viennent prier pour se soulager de la culpabilité et de la honte. Un revient à la maison en étant encore toujours coupable et honteux. L’autre qui se confie tout simplement en la miséricorde de Dieu, rentre justifié. Lequel d’entre les deux êtes-vous ?

 

Par: Peter Youngren

As founder of World Impact Ministries, Celebration Bible College, Way of Peace and the Celebration Churches in Toronto, Hamilton and Niagara, Canada, Peter is committed to equipping believers to fulfill their purpose before the return of Jesus Christ.

Plus sur Peter Youngren | Article par Peter Youngren