Lecture de la Parole de Dieu à la lumière de la nouvelle alliance

Par: Åge M. Åleskjær
De: January 2009
Trouvé dans: Lire la Parole de Dieu
Il est crucial d’être conscient de certaines divisions dans la Parole de Dieu. Ceci augmente grandement la révélation de la nouvelle alliance.

Quand nous étudions la bible, il est important de partager/diviser la Parole de Dieu correctement. Premièrement, nous devons voir de quels groupes de personnes la bible parle, et deuxièmement, nous devons comprendre certains évènements qui introduirent une divison dans le temps. La vérité est que quand Jésus était sur terre, Il ne pouvait pas nous donner toute la révélation, bien qu’Il pointait vers elle. La cause en était que ce qu’Il devait accomplir n’était pas encore achevé.

Les Ecritures expliquent les dispensations, l’emploi du temps de Dieu, et les différentes alliances. Au centre de tout, nous trouvons la croix du Christ. Il y a un partage dramatique du temps à la mort de Jésus, suivie de sa résurrection et son ascencion, et l’envoi de l’Esprit le jour de la Pentecôte. Jésus parlait souvent du temps d’après la Pentecôte. Il dit : « En ce jour-là, vous connaîtrez que moi je suis en mon Père, et vous en moi et moi en vous. » (Jean 14:20)

Il y a un partage dramatique du temps à la mort de Jésus, suivie de sa résurrection et son ascencion, et l’envoi de l’Esprit le jour de la Pentecôte.

 

« Mais quand celui-là, l’Esprit de vérité, sera venu, il vous conduira dans toute la verité ». (Jean 16:13)

Paul explique la même divison du temps, et parle du temps « d’avant que la foi ne fusse venue » et « d’après que la foi fusse venue » (Gal 3:23-25)

Nous avons l’énorme privilège de vivre après la venue de la foi, après le testament (Hebreux 9:16-17), et après que l’Esprit soit répandu. Nous vivons dans « ce jour-là » dont Jésus parlait avec tant d’enthousiasme. Ceci est le temps où Il peut parler clairement avec nous.

Les trois groupes

« Ne devenez une cause d’achoppement ni aux Juifs, ni aux Grecs, ni à l’assemblée de Dieu » ( 1 Cor 10:32)

La Parole de Dieu partage les hommes en trois groupes: les Juifs, les barbares (les gentils) et l’assemblée de Dieu. Je suis reconnaissant envers le révérend Kenneth Hagin qui ouvrit mes yeux à un principe si simple. C’est l’Esprit Saint qui m’a dirigé vers cet enseignement. Un matin alors que je priais pour une situation qu’étant pasteur je devais résoudre, l’Esprit Saint me parla et dit que la réponse dont j’avais besoin pourrait être trouvée dans l’enseignement de Kenneth Hagin. J’en avais certaines cassettes. Je trouvai la réponse dont j’avais besoin, mais aussi je retins quelque chose qui devint une aide inestimable dans mon étude de la Parole de Dieu. Je pouvais le voir clairement dans la bible. Vous pouvez l’étudier en détails si vous voulez. (1 Cor 10 :32, 1 Cor 9 :19-23, Rom. 2 :14-15, Actes 15 :19-21, Actes 21 :25, et Gal 2 :7-8)

Paul n’est pas sous la loi, mais non plus sans loi.

C’est aussi simple que cela – trois groupes de personnes et Dieu s’approche d’eux différemment. La révélation qu’Hagin partageait sur la cassette, était que trois différentes lois gouvernaient ces trois groupes. Les Juifs ont la loi mosaïque, les barbares (les gentils) ont « la loi de la conscience », et l’assemblée de Dieu « la loi du Christ » ou « la loi de l’amour ». Tous ces groupes sont représentés dans 1 Cor 9 :20-21 : les Juifs sont sous la loi, les barbares sont sans loi. Paul n’est pas sous la loi, mais il n’est pas non plus sans loi. Il est dans la loi du Christ. Ceci est clair et simple.

Je suis un incurable étudiant de la bible. J’ai besoin de plus d’un verset sur une vérité ; deux ou trois témoignages sont un minimum. La vérité doit aussi être en accord avec la totalité, et ne doit pas être en contradiction avec d’autres citations de la Parole de Dieu.
Parfois, on a l’impression que la bible se contredit, mais c’est seulement parce que nous n’avons pas tout le contexte. La Parole de Dieu est toujours en harmonie avec elle-même.

Donc la Parole de Dieu partage les hommes en trois groupes, et des lois différentes les gouvernent. Ayant cela en tête, nous pouvons facilement comprendre que nous devons nous adresser différemment à ces trois groupes. C’est pourquoi c’est une bonne idée de poser quelques questions quand on étudie la bible afin de mieux comprendre le contexte.

Questions à se poser quand on étudie la bible

Une règle simple pour comprendre les Ecritures est de demander tout simplement:

Qui parle?
A qui?
De quoi parle-t-on?

La première question est: Qui parle?
Dieu a permis à beaucoup de personnes d’êtres citées dans la bible, aussi les bouffons. Même le diable est cité plusieurs fois. Dans le livre de Job, plusieurs voix sont permises. Mais il est important de remarquer que Dieu les réprimande dans le chapitre 42, disant : « ...vous n’avez pas parler de Moi comme il convient… »
Et Job lui-même dit « Mon oreille avait entendu parler de toi, maintenant mon oeil t’a vu : C’est pourquoi j’ai horreur de moi, et je me repens dans la poussière et dans la cendre.» (Job 42 :5-6).
Cette information est importante. Mais il faut lire les 41 chapitres à la lumière de cette information. Ce n’est qu’alors seulement vous divisez la Parole de Vérité correctement (de la bonne manière).

Dieu nous a permis de joindre des recherches où la vérité est finalement révélée. D’autres livres poétiques sont du même genre – par exemple le livre de l’Ecclésiaste. C’est important de comprendre que ce n’est pas Dieu qui crie « Tout est vanité ! ». C’est le prédicateur du livre qui dit cela pendant une période de sa vie où il était frustré, recherchant la vérité. Dieu nous permet de prendre part à cette recherche et beaucoup de personnes se reconnaissent.

La deuxième question est: A qui parlent-ils?
Quand Timothée est conseillé de boire un peu de vin pour son estomac, cela n’est pas un commandement pour nous tous de boire du vin. D’un autre côté, l’apôtre Paul interprète ce genre de questions à la lumière de la loi de l’amour dans Romains 14, et la conclusion en est: Marchez dans l’amour!

Beaucoup de passages dans les évangiles doivent être étudiés à la lumière de qui est l’adressataire du message de Jésus. Il répondait souvent aux questions posées par les phariséens, et ses réponses s’adressaient manifestement aux Juifs, et non aux barbares chrétiens d’après la Pentecôte. Il dit clairement « J’ai été envoyé pour les brebis perdues de la maison d’Israël ».

Jésus parlait souvent de la loi à des personnes qui étaient sous la loi, et l’application de son enseignement à des gentils (barbares) nés de nouveau et qui sont sous la loi du Christ n’est donc pas la même chose.

Bien sûr l’enseignement de Jésus est porteur de sens pour nous aujourd’hui. Mais nous devons apprendre à partager correctement la Parole de Vérité. Nous devons la lire dans son contexte. Par exemple, quand Jésus parla au jeune homme riche qu’il serait sauvé s’il gardait tous les commandements, il le dit parce qu’il parlait à un Juif sous l’ancienne alliance. Il savait, évidemment, que personne vivant selon la loi ne serait capable de se sauver lui-même. Mais dans cette rencontre spécifique, il relatait sa réponse au message de Dieu pour les Juifs. Aujourd’hui, sa réponse au jeune homme riche aurait été tout autre. Maintenant le message est « car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé » (Romains 10 :13). « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé... » (Actes 16 :31).

Je crois que vous pouvez comprendre l’importance de ces questions, et aussi de la troisième « De quoi parle-t-on ? » Jésus parlait souvent de la loi aux personnes qui étaient sous la loi, et l’application de ces enseignements à des gentils (barbares) nés de nouveau et qui sont sous la loi du Christ n’est donc pas la même chose. Tout ceci nous aide à nous présenter comme des travailleurs qui partagent correctement la parole de vérité. Mais il y a davantage.

Les Ecritures

La bible est divisée entre l’ancien et le nouveau testament. Quand le nouveau testament mentionne les Ecritures, il parle de l’ancien testament. Ceci était la bible qu’ils avaient en ces temps-là. Le nouveau testament n’avait pas encore été écrit. Jésus disait souvent « Il est écrit » ou « N’avez-vous pas lu? »

Dans les Actes nous pouvons lire sur les habitants de Berea et comment ils « reçurent la parole avec toute bonne volonté, examinant chaque jour les écritures pour voir si les choses étaient ainsi » (Actes 17 :11).

L’apôtre Paul utilisait les Ecritures dans son ministère, « car il réfutait publiquement les Juifs avec une grande force, démontrant par les écritures  que Jésus était le Christ » (Actes 18:28).

Il est donc évident que ce sera dans l’intérêt d’un chrétien d’étudier les Ecritures – l’ancien testament. Nous aimons la bible d’un bout à l’autre.

Mais maintenant nous sommes capables de la lire dans une nouvelle lumière. Maintenant nous avons le nouveau testament, et le nouveau testament donne la réponse à ce qu’indiquait l’ancien testament. La bible explique que tout ce qui arriva aux hommes dans l’ancien testament, leur arriva comme exemples pour nous qui vivons maintenant (1 Cor 10:11).

Les Evangiles et les Actes des apôtres

La première partie du nouveau testament est une révélation de la vie de Jésus. Nous avons la possibilité d’étudier Sa vie et son enseignement, ainsi que de voir ce qu’Il fit pour nous. C’est magnifique de suivre de près le Fils de Dieu, et de savoir qu’Il vint pour nous montrer qui Dieu était réellement. Les disciples écrirent ceci en accord avec ce que l’Esprit Saint voulait qu’ils écrivent. Leur mission fut de mettre par écrit la vie quotidienne de Jésus.

Les Actes des apôtres est le livre suivant. Ils racontent l’hisoire des premiers chrétiens. Les paroles et les promesses de Jésus sont mises en opération, et les fondations de l’église selon l’ancien testemanent sont établies.

Aux temps des évangiles, la nouvelle alliance n’était pas encore en fonction.

Cependant, il faut être conscient de certains points. Aux temps des évangiles, la nouvelle alliance n’était pas encore en fonction. C’est pourquoi Jésus dit si définitivement qu’Il est seulement envoyé pour les Juifs. Son ministère terrestre s’adressait à eux, bien que Sa vie, mort et résurrection fussent aussi pour nous, les barbares au loin (Matthieu 10:5-6, 15:24). Il est important de comprendre que Jésus souvent parlait de la loi aux personnes vivant sous la loi, et ce qu’Il disait n’est pas nécessairement pour nous qui vivons après le Calvaire.

Laissez-moi vous donner un autre exemple pour montrer clairement l’effet radical apporté par le Calvaire.

Il nous pardonna, afin que nous puissions pardonner les autres.
Avant le Calvaire, quand Jésus enseignait ses disciples comment prier « avant la Pentecôte », vous remarquerez que pour recevoir le pardon vous devez premièrement donner le pardon. L’initiative se trouvait en vous, c’était l’homme qui devait premièrement pardonner et aimer, ensuite seulement Dieu pouvait pardonner. Lisez Matthieu 6:12, 14-15. 

Le message est très clair. Vous ne recevrez pas le pardon avant d’avoir vous-même tout d’abord pardonner. Cela a été l’occasion d’une grande détresse parmi les personnes qui avaient des difficultés à pardonner leurs parents à cause d’une enfance maltraitée et abusée, ou à pardonner des époux adultères qui laissèrent leurs conjointes blessées. Beaucoup de conseillers ont forcé de tièdes pardons afin que ces personnes puissent être pardonnées.

Mais l’Evangile apporte de bonnes nouvelles. Il apporte le pardon à l’âme tourmentée, et libère un vrai pardon envers ceux dont nous avons besoin de pardonner. Ici est le message : « Mais soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant les uns aux autres comme Dieu, aussi, en Christ, vous a pardonné » (Ephésiens 4 :32).

Après le Calvaire, l’ordre a changé ! Maintenant nous ne pardonnons plus pour recevoir le pardon, mais nous pardonnons comme le fruit d’un pardon qui a déjà eu lieu.

Son oeuvre achevée déclare qu’Il a déjà racheté les péchés du monde par son Sacrifice, et que nous sommes pardonnés à la croix. « Nous, nous l’aimons parce que Lui nous a aimés le premier » (1 Jean 4 :19). Cela ne commence pas par nous – cela commença par Lui. Comprendre cette différence, c’est comprendre l’Evangile lui-même.

Après le Calvaire, l’ordre a changé!

« En ceci est l’amour, non en ce que nous, nous ayons aimé Dieu, mais en ce que Lui nous aima et qu’Il envoya son Fils pour être la propriation pour nos péchés. » (1 Jean 4 :10)

« Mais Dieu constate son amour à lui envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous » (Romains 5 :8)

Cela commença avec Dieu, non avec nous. Il nous aima le premier, Il nous pardonna le premier et Il mourut pour nous alors que nous étions encore pécheurs.

Col. 3 :13 confirme si magnifiquement Eph. 4 :32 : « ...vous supportant l’un l’autre, et vous pardonnant les uns aux autres, si l’un a un sujet de plainte contre un autre;  comme aussi le Christ vous a pardonné, vous aussi faites de même » (Col. 3 :13)

Il est de nouveau clair qui est le premier à pardonner. C’est le Christ qui nous a déjà pardonné. C’est pourquoi nous devons pardonner. La rédemption fait la différence : maintenant nous pouvons bâtir sur ce que Lui a déjà fait. Et son amour a été dans nos coeurs, nous rendant capables de pardonner les autres (Romains 5:5).

Voyez-vous l’énorme différence qui vint après le Calvaire ? La croix a laissé ses marques éternelles sur l’histoire, et une nouvelle et meilleure alliance a été établie sur des fondements nouveaux et meilleurs.

La révélation n’avait pas encore été donnée
La révélation que Paul reçut plus tard sur l’église et sur l’évangile pour les gentils (barbares) n’avait pas encore été révélée quand Jésus vivait sur terre. Elle n’était donc pas encore écrite aux temps des évangiles. Jésus nous en montre quelques visions, mais elle n’est pas révélée. Il en donne quelques ‘signes’ prophétiques, en particulier dans l’évangile de Jean, mais il dit « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne les supporterez pas maintenant ».

Jésus s’en référait souvent à la division du temps qui arriverait après sa mort, et dit « Je vous ai dit ces choses par des similitudes: l’heure vient que je ne vous parlerai plus par similitudes, mais je vous parlerai ouvertement du Père. En ce jour-là, vou demanderez en mon nom… (Jean 16 :25-26).

Il dit aussi « J’en encore beaucoup de choses à vous dire; mais vous ne pouvez les supporter maintenant. Mais quand celui-là, l’Esprit de vérité, sera venu, il vous conduira dans toute la vérité. (Jean 16 :12-13).

L’Esprit devait d’abord venir, afin de nous guider dans toute la vérité.  C’est pourquoi la bible ne pouvait être accomplie qu’après la venue de l’Esprit, et l’apôtre Paul fut chargé d’achever/accomplir la Parole de Dieu. Jésus avait beaucoup de choses à dire qu’Il ne pouvait dire quand Il était ici sur terre, mais maintenant Il l’a partagé en se révélant Lui-même à Paul. En ce temps-là, Il nous expliqua clairement et ouvertement le sens de Sa vie et de Son sacrifice, Il n’utilisa plus un langage figuratif. (Jean 16 :25).

Jésus avait beaucoup de choses à dire qu’Il ne pouvait dire quand Il était ici sur terre, mais maintenant Il l’a partagé en se révélant Lui-même à Paul.

Le testament est en vigueur après la mort

En réalité, c’est une révélation qui met les morceaux à leur place. La révélation est de comprendre la signification de la croix de notre Seigneur Jésus Christ!

C’est pourquoi l’apôtre Paul dit « Jésus Christ fut clairement dessiné parmi vous comme crucifié » et comment il fut déterminé « de ne rien connaître d’autre parmi vous que Jésus Christ et Lui crucifié ». Et il ne veut se vanter de rien d’autre que « de la croix de notre Seigneur Jésus Christ. »

Regardez ce que dit la bible: « Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur intervienne; car un testament est valide lorsque la mort est intervenue, puisqu’il n’a pas de force tant que le testateur vit » (Hébreux 9:16-17).

Ainsi donc la nouvelle alliance entra en force à la fin des évangiles. Nous en voyons un éclair dans l’évangile de Jean, plus particulièrement dans les derniers chapitres. Dans ces chapitres, Jésus nous dit d’une façon prophétique comment ce sera après la venue de l’Esprit.

Les alliances de Dieu sont des ‘des alliances de sang’. Aussi la nouvelle alliance ne pouvait commencer avant que Jésus ne soit mort et n’ait répandu son sang.

La bible doit être lue à la lumière de ce point central : la croix de notre Seigneur Jésus Christ. Elle doit aussi être lue à la lumière du fait que Jésus entra dans le Saint des Saints, dans le ciel lui-même, avec Son propre sang, et s’assit comme Souverain sacrificateur pour toutes les bénédictions de notre salut. Quand Il fut assis dans les cieux, l’Esprit fut répandu sur terre. C’est alors que ‘l’alliance de l’Esprit’ put commencer.

Les gloires après la croix de Jésus

L’apôtre Pierre enseigne la même chose que l’apôtre Paul, plus exactement la signification de la croix comme une ligne de divison entre deux époques. Il écrit : « Duquel salut les prophètes qui ont prophétisé de la grâce qui vous était destinée se sont informés et enquis avec soin, recherchant quel temps ou quelle sorte de temps l’Esprit de Christ qui était en eux indiquait, rendant par avance témoignage des souffrances qui devaient être part de Christ et des gloires qui suivraient ( 1 Pierre 1:10-11).

En d’autres termes, le temps qu’ils voyaient étaient les souffrances du Christ (sur la croix) et les gloires qui en suivraient. Ils prophétisaient sur une période et ils recherchaient laquelle. Ils voyaient à l’avance les gloires dans lesquelles nous vivons maintenant – nous qui vivons après la Pentecôte, sous la nouvelle alliance.

Ils voyaient à l’avance les gloires dans lesquelles nous vivons maintenant – nous qui vivons après la Pentecôte, sous la nouvelle alliance.

Période de Jean Baptiste jusqu’à la Pentecôte

Si nous lisons avec encore plus d’attention, nous voyons que la période de Jean Baptiste jusqu’à la Pentecôte est aussi une division du temps. Durant cette période, l’Evangile et le royaume de Dieu furent prêchés, et il était possible ‘d’user de violence’ ou ‘de le prendre par force’.

« La loi et les prophètes furent jusqu’à Jean : dès lors le royaume de Dieu est annoncé et chacun use de violence pour y arriver » (Luc 16:16).

« En verité, je vous dis : parmi ceux qui sont nés de femme, il n’en a été suscité aucun de plus grand que Jean le baptiseur ; mais le moindre dans le royaume des cieux est plus grand que lui. Mais, depuis les jours de Jean le baptiseur jusqu’à maintenant, le royaume des cieux est pris par violence, et les violents le ravissent » (Matthieu 11:11-12).

Quelques uns lisent cela et croient que la nouvelle alliance commença avec Jean Baptiste, mais alors on ne partage pas correctement la Parole de Dieu. Matthieu 11 :11 montre que Jean Baptiste n’était pas né de nouveau, et à cause de cela il était le moindre des moindres dans le royaume. Vous avez besoin de naître de nouveau pour entrer dans le royaume des cieux (Jean 3 :3-5), et il était impossible de naître de nouveau avant la résurrection de Jésus. Jésus devait être ressucité des morts, « afin d’être le premier né de beaucoup de frères » (Romains 8 :29, Col 1 :18)

Mais durant la période de Jean Baptiste à la Pentecôte, on pouvait prendre les bénédictions du royaume par force. Ceci est la raison pour laquelle un bon nombre de personnes furent pardonnées de leurs péchés et guéries. Mêmes les gentils (barbares) qui ne faisaient pas partie des ‘enfants’ à qui appartenaient le pain, c’est-à-dire aux Juifs, pouvaient prendre le royaume par force – bien qu’ils fussent appelés chiens (ref. Matthieu 15 :22-28).

La période entre Jean Baptiste et la Pentecôte est une période intérimaire importante. Jésus était sur terre et le royaume des cieux était à portée de mains.

Mais une toute autre période commença après le Calvaire. Maintenant, l’inimitié est détruite, les gentils sont inclus, et Il nous a invités dans le royaume de Dieu.

Jésus prophétisa beaucoup sur le temps dans lequel nous vivons.

Peu avant l’ascension, Jésus parla beaucoup de la nouvelle alliance et du temps d’après la Pentecôte. Il disait « Et moi je vous confère un royaume comme mon Père m’en a conféré un » (Luc 22 :29)

« Ne crains pas, petit troupeau, car il a plu à votre Père de vous donner le royaume » (Luc 12 :32)

Le royaume de Dieu devait venir en force et puissance, et alors personne n’avait plus besoin de ‘le prendre par force’ ou ‘d’user de violence’.

« En vérité, je vous dis, que de ceux qui sont ici présents, il y en a quelques-uns qui ne goûteront point la mort jusqu’à ce qu’ils aient vu le royaume de Dieu venu avec puissance » (Marc 9 :1)

En d’autres termes : Le royaume de Dieu devait venir en puissance, et ne plus être pris par force ou par violence. Evidemment personne n’a basoin de faire cela quand le royaume de Dieu nous est conféré et que c’était la bonne volonte du Père de nous le donner. Le Père nous a donné une part entière, et le temps pour ‘user de violence’ est passé.

Transportés dans le royaume de Dieu

Regardez la différence d’après le Calvaire : « Il nous a délivrés du pouvoir des ténèbres, et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour » (Col. 1 :13)

Nous sommes à l’intérieur, non pas à l’extérieur ! Nous ne le prenons pas par force – nous vivons dans le royaume.

Ceci arriva sans aucun effort de notre part ; nous avons été transportés dans Son royaume. C’est Lui qui fit cela – pas nous. Nous ne le prîmes pas par force – Il nous plaça dans le royaume. Maintenant nous sommes dans le royaume du Fils de son amour, et évidemment nous ne sommes pas à l’extérieur et essayons d’y pénétrer par force ou par violence. Nous sommes déjà transportés dans le royaume. Nous sommes à l’intérieur, non pas à l’extérieur ! Nous le prenons pas par force, nous y vivons. Quand nous prêchons que les chrétiens doivent user de violence (Luc 16 :16 et Matthieu 11 :12), nous ignorons l’oeuvre de Jésus comme présentée dans Col. 1 :13.

L’Evangile selon Paul – en édition imprimée en rouge.


Il y a quelques années de cela, nous avons eu la visite pivilégiée du célèbre évangéliste Dr. T.L. Osborn. Lors d’une conversation, il mentionna quelque chose qui témoigna dans mon coeur. Il me dit qu’il aimerait que quelqu’un imprimerait les lettres de Paul avec de l’encre rouge, où tout ce que Paul dit sur la rédemption et l’oeuvre de la croix seraient imprimées en rouge, et le reste en noir. Il dit aussi que nous avons les évangiles selon Matthieu, Marc, Luc et Jean, mais que l’évangile pour les gentils (barbares) – c’est-à-dire nous – est l’évangile selon Paul, et que celui-là aussi devrait être édité en lettres rouges.

Matthieu, Marc, Luc et Jean nous racontent principalement ce qui arriva ‘physiquement’ au courant de la mort et de la résurrection de Jésus. Nous pouvons sur la crucifiction, la tombe, la résurrection, les anges et comment Jésus ressucité se révèle.

Mais c’est l’apôtre Paul qui nous montre les conséquences spirituelles de ce qui arriva ! Il nous explique comment nous mourûment avec Jésus, ressucitâmes avec Lui, et sommes assis avec Lui dans les cieux.

Il nous montre les profondeurs de la rédemption, et nous explique comment Jésus devint pécheur pour nous afin que nous puissions devenir justice de Dieu en Lui.  Ses lettres révèlent ce que nous sommes en Christ et ce que Christ est en nous.

Le mistère de l’Eglise est révélé, et toutes les pièces sont mises ensemble afin que nous puissions voir tout ce qui était caché dans les temps précédents. Ceci inclut la période des évangiles et de Jésus sur terre.

C’est pourquoi les lettres de Paul devraient avoir une place spéciale dans les vies de nous qui étions gentils et qui sommes maintenant membres de l’Eglise. Nous avons été greffés dans le cep, et Paul, ‘l’apôtre des gentils’, a été chargé de révéler l’évangile aux ‘incirconsis’.

Cela ne revient pas à réduire la signification de l’ancien testament ou des évangiles, mais à nous encourager de lire la bible à la lumière de la bible!  Si nous manquons la révélation de la bible et du plan de salut de Dieu, nous avons lu la bible à travers des verres sombres qui obscurcissent la vue. Il existe beaucoup de lunettes religieuses et sombres que la tradition et les communautés religieuses nous ont données.

Vous vous demandez pourquoi je dis que les lettres de Paul devraient être imprimées en rouge, la même couleur qui est utilisée pour les paroles de Jésus dans les évangiles. Peut-être que vous pensez que cela exagère l’importance de Paul. Et vous vous demandez aussi pourquoi je dis que seulement certaines parties doivent être écrites en rouge – et non toutes les lettres. Regardons cela d’un peu plus près.

Premièrement, Paul écrit pour expliquer sa révélation de l’Evangile. Il ne la reçut pas d’un homme, mais de Jésus Christ lui-même (Gal. 1 :11-12)

Deuxièmement, il écrit après que le Conseiller soit venu. Et maintenant Jésus peut partager avec nous tout ce qu’Il veut nous dire, mais ne pouvait pas auparavant quand Il était sur terre. ‘Le jour’ que Jésus attendait est arrivé (Jean 16 :25).

Ce n’est pas Paul qui est important, mais la révélation que Jésus lui donna. Ce n’est pas le secrétaire qui est grand, mais celui qui dicte le livre.

En effet, Paul est seulement le secrétaire. Il écrit la révélation qu’il reçut directement de Jésus ressuscité. Nous devons comprendre la révélation pauline. Ce n’est pas Paul qui est important, mais la révélation que Jésus lui donna. Ce n’est pas le secrétaire qui est grand, mais celui qui dicte le livre. Voilà pourquoi ces paroles peuvent aussi être imprimées en rouge. Nous ne louons pas Paul. Bien au contraire, nous louons Jésus qui est celui qui appela et oint l’apôtre Paul, et lui donna la mission d’achever la Parole de Dieu.

Troisièmement, Paul est appelé l’apôtre des gentils. Il fut appelé spécifiquement par Dieu pour prêcher aux gentils, aux incirconsis, de la même façon que Pierre fut appelé pour les circonsis. Le fait que les gentils étaient inclus dans le plan de Dieu est une part du mistère révélé à Paul. Nous reviendrons à cela plus tard, mais le point ici est que Paul planta des églises et la bible dit qu’il avait « de la sollicitude pour toutes les assemblées » (2 Cor 11:28). Comme père des églises, il écrivit des lettres pour les aider dans ce qui concernait la gestion quotidienne des assemblées. Il avait besoin de parler de certaines choses avec l’assemblée de Corinthe, et d’autres choses avec les autres assemblées. Dans les lettres à Thimothée, il l’encourage et lui enseigne comment devenir un leader d’une assemblée. Ces choses sont sans doute importantes pour nous, et nous en apprenons beaucoup par elles, mais elles ne font pas partie du mistère qui a été caché depuis les commencements des temps. C’est pourquoi ces passages n’ont pas besoin d’être écrits en rouge.

Nous trouvons une version concentrée du message donné à Paul dans la lettre aux Ephésiens 1 et 2.

Nous trouvons une version concentrée du message donné à Paul dans la lettre aux Ephésiens 1 et 2 (comme aussi Paul l’explique dans Eph. 3 :1-6). Dans Eph. 1 et 2, il y a une courte introduction et ensuite, Paul va ‘droit au but’.  Il n’y a aucune question sur les relations humaines ou d’autres choses dans ce genre. Paul dit « Quand vous lisez, vous comprendrez ma connaissance dans le mistère du Christ ». Ces deux chapitres sont l’essence même du mistère qui fut révélé à Paul.

Je veux toujours être concentré sur l’évangile de la grâce et c’est pourquoi il ne se passe jamais de semaine sans que je ne lis ces deux chapitres. Paul donne des détails sur ce message dans toutes les lettres. Les lettres rouges seraient trouvées à d’autres places, mais les chapitres 1 et 2 de la lettre aux Ephésiens seraient imprimés complètement en rouge.

Les lettres de Pierre et de Jacques

Ce n’est pas seulement Paul qui écrivit le nouveau testament. Si nous admettons que ce soit Paul qui est l’écrivain de la lettre aux Hébreux, il y a encore toujours les lettres de Pierre, Jacques et Jean. Celles-ci sont aussi données par Dieu et sont pour l’édification, l’exhortation et la consolation.

Mais dans Gal 2:7-8 nous lisons une division du travail. Pierre est appelé vers les circonsis, et Jacques fut le pasteur de l’assemblée de Jerusalem – une église de Juifs messianiques. Selon les Actes 21:20, beaucoup d’entre eux étaient « des zêlés de la loi ».

Les lettres de Pierre et de Jacques sont donc naturellement écrites pour ce groupe de personnes. Les introductions de ces lettres nous disent en fait qu’elles sont adressées à des Juifs qui sont nés de nouveau. Ceci est aussi le cas de la lettre aux Hébreux.

Ces lettres sont aussi la Parole de Dieu. Et elles ont aussi un message pour les gentils. Nous devons juste nous souvenir qu’elles ont été écrites pour les circonsis, alors que Paul écrivit principalement pour les incirconcis. Ensuite nous nous souviendrons de lire la bible à la lumière de la bible et de partager correctement la Parole de Vérité.

Lisez la bible à la lumière de la bible

Les Lettres de Jean et la Révélation de Jean

En fait les lettres de Jean sont une catégorie à part. Lui aussi était appelé pour les circonsis. Mais selon l’histoire de l’Eglise, il déménagea à Ephèse dans ces dernières années de vie. Nous voyons ceci dans l’Apocalypse où il est en contact avec les assemblées de l’Asie mineure.  Ces églises étaient des assemblées plantées par Paul et ses amis et avaient été influencées par eux.  Certains historiens disent que Thimothée commença à travailler avec Jean après la mort de Paul aux environs de l’an 67 après la mort du Christ. Thimothée était reconnaissant de l’enseignement de Jean qui était un antidote puissant contre les gnostiques. Cet enseignement rayonne dans les lettres de Jean. Nous pouvons remarquer que l’enseignement de Jean est en accord avec celui de Paul à propos de la nouvelle création et du nouveau commandement. 

Conclusion

Toute la bible est la Parole de Dieu et sert comme doctrine, reproche, correction et instruction dans la justice, mais la totalité et plénitude de ce qu’est la nouvelle alliance ont été révélées à Paul.

« Toute écriture est inspirée de Dieu » (2 tim 3 :16). Mais nous devons livre la bible à la lumière de ce qu’elle dit.

 

 

 

 

 

 

Par: Åge M. Åleskjær

Former Senior Pastor at Oslo Christian Center, now spending most of his time ministering all over Norway and internationally.

Plus sur Åge M. Åleskjær | Article par Åge M. Åleskjær