Un autre regard sur Jésus

Par: Peter Youngren
De: August 2009
Peter Youngren n’essaie pas de convertir les peuples d’une religion à une autre, mais essaie d’apporter les bonnes nouvelles de Jésus aux personnes de toutes les religions.

Jésus est un point de contact entre les musulmans et les chrétiens. Les seules livres religieux anciens qui donnent à Jésus une place prédominante sont la bible et le Coran. Ce dernier mentionne Jésus quatre-vingt dix sept fois. Des chapitres entiers lui sont aussi dédiqués. Bien qu’il existe de complètes différences entre les musulmans et les chrétiens sur la faҫon de voir Jésus, Il reste sans aucun doute une personne d’intérêt commun et un point de dialogue.

Laissez-moi vous donner mon point de départ. Jésus vint pour le monde ; Il n’appartient à aucune religion et aucune culture. Il aime le monde, mourut pour tous, et ressuscita afin de donner une vie nouvelle à tous. Sa grâce s’étend à toutes les religions, y compris les musulmans et les chrétiens. Jésus est le sauveur de tous les peuples.

Un des premiers commentaires que je fais avec les amis musulmans est : « Je n’essaie pas de vous convertir au christianisme ». Cela ne veut pas dire que je regarde le christianisme d’une faҫon négative, mais juste que comme n’importe quelle religion, le christianisme a sa part de problèmes. N’importe quelle religion, bien que bien intentionnée, n’a pas le pouvoir de nous justifier. Cette abilité ne se trouve qu’en Jésus. Pendant des années, je me suis efforcé à montrer aux chrétiens le besoin de recevoir la nouvelle vie en Jésus Christ.  La faҫon dont nous répondons à Jésus est cruciale pour chaque personne indépendamment de la religion. Ce fait nous rend tous égaux : chacun, homme ou femme, chrétien ou musulman, riche ou pauvre, qui croit et reҫoit l’amour de Dieu révélé en Jésus a la vie éternelle.

Ma mission dans la vie est de partager cette Bonne Nouvelle de Jésus Christ. Cela fait trente ans que je travaille avec les chrétiens de toutes dénominations et de partout dans le monde. Nos dénominateurs communs sont notre amour pour les peuples et notre foi dans l’Evangile de Jésus Christ.

Mohammed, le Coran et les Chrétiens

En plus du travail avec les chrétiens, je travaille avec d’autres personnes pour promouvoir paix et compréhension mutuelle entre les peuples. Mes voyages m’ont mis en contact avec beaucoup de musulmans qui sont honnêtes, travailleurs et aiment la paix. J’ai souvent trouvé amitié et compréhension chez les musulmans. Cela a été une joie de tendre une main d’amitié aux personnes d’autres religions que la mienne, selon l’exemple donné par Jésus et l’apôtre Paul qui refusèrent de discriminer les individus ou un groupe de personnes. Mon amitié avec les musulmans n’a pas causé un compromis de ma part quant à ma foi dans l’Evangile. Au contraire cela m’a aidé à préciser ce qui est le centre du message qui est Jésus et ce qu’Il a fait pour le monde. Quand nous nous détournons de notre propre justice et de notre propre suffisance et recevons dans nos coeurs le Messie envoyé par Dieu, nous recevons la paix de Dieu. Jésus Lui-même est notre Prince de Paix.

Je me souviens du choc que je reҫus quand je découvris que le coran parle de l’Evangile.

Je me souviens du choc que je reҫus quand je découvris que le coran parle de l’Evangile. Le prophète de l’Islam Mohammed enseignait que l’Evangile est de Dieu, mais millions de musulmans et de chrétiens ne connaissent rien ou très peu de l’Evangile. Cette ignorance rend urgente la tâche de présenter les Bonnes nouvelles du Christ.

Aux premiers temps de l’islam, Mohammed avait une relation particulièrement bonne avec les chrétiens. Les chrétiens et les juifs sont appelés en arabe « Ahl al Kitab » - les peuples du livre. Le coran avance cette idée de bonne volonté envers les peuples du livre.  « Vous trouverez que les plus proches de vous en amour sont ceux qui se donnent le nom de chrétiens, parce qu’il y a des prêtres et des moines parmi eux qui ne se comportent pas de faҫon arrogante » (Surah 5 :82)

Les musulmans étaient encouragés d’accepter les Ecritures des juifs et des chrétiens et de vivre en paix avec eux. « Et n’argumentez pas avec les peuples du livre à moins que cela mène à quelque chose de meilleur, à l’exception de ceux qui font le mal ; et disez: Nous croyons en ce qui nous a été révélé et en ce qui vous a été révélé ; notre Dieu et votre Dieu sont Un, et en Lui nous nous soumissons » (Surah 29 :46).

Je suis vraiment sérieux quand je dis que je n’essaie pas de convertir les peuples d’une religion à une autre.

Le coran va si loin qu’il dit que si un musulman se pose des questions relevant des peuples du livre, « porte-les devant ceux qui ont lu le Livre » (Surah 10 :94)

Vers la fin de la vie de Mohammed, le coran note des hostilités entre les musulmans et les chrétiens, ainsi que des reproches faites aux chrétiens. Mais les versets cités auparavant montrent une ouverture et une bonne volonté envers les chrétiens. Je préfère davantage mettre l’accent sur les dénominateurs communs et construire des ponts que sur ce qui engendre des conflits.

Promouvoir Jésus et non une religion

Je suis vraiment sérieux quand je dis que je n’essaie pas de convertir les peuples d’une religion à une autre. Cela ne porterait pas de fruit, parce qu’aucune religion n’est capable de sauver même une personne. Les chrétiens sont parfois offensés quand je dis cela. Il est très facile pour nous chrétiens de mettre l’accent sur la religion au lieu de la personne de Jésus. Un rapide regard dans la bible révèlera que le salut n’est pas trouvé dans l’appartenance à une religion. Des phrases de la bible comme « celui qui a le Fils (Jésus) a la vie » et la vie éternelle est dans « aucun autre nom que le nom de Jésus » mettent l’accent entièrement sur Jésus et seulement Jésus (je reviens à cela un peu plus tard).

Je suis vraiment sérieux quand je dis que je n’essaie pas de convertir les peuples d’une religion à une autre.

Pendant que je n’essaie pas de convertir les personnes à une autre religion, j’essaie de les influencer à embrasser Jésus Christ et sa justice qui est un don libre pour tous ceux qui croient. Ceci n’est pas la même chose que de convertir une personne d’une religion à une autre. En fait, des millions se disent être chrétiens et n’ont aucune connaissance du don gratuit de la justice de Jésus.

Amitié, non pas bagarres et émeutes

Comme beaucoup de chrétiens, j’ai grandi dans un environnement où l’on ne faisait pas confiance aux musulmans. L’idée que les musulmans voulaient tuer les chrétiens fut aussi mienne. Alors qu’il n’y a pas de doute que des musulmans fanatiques ont tué des chrétiens, il est également vrai que des chrétiens fanatiques ont tué des musulmans.

Mes contacts avec les musulmans ont-ils été sans confrontations et conflits ? Il y a eu des épisodes de tension et de conflits, mais à chaque fois la cause en a été que les musulmans ont cru de faҫon erronée que je voulais attaquer leur religion. 

Pourquoi ont-ils pensé que je voulais parler contre leur religion ? Laissez-moi vous expliquer. J’ai conduit des campagnes évangéliques à travers le monde pendant plus de 30 ans. Des foules de plus de 600 000 personnes ont participé à certains services. Bien que tous les services ne fussent pas aussi peuplé, plus de milliers de personnes sont assisté à ces campagnes. Il est impossible de conduire des campagnes de ces dimensions sans attirer les médias. Certains musulmans ont réagi à cette publicité. A chaque fois, je me suis rendu compte que le problème venait de leur rencontre avec d’autres prédicateurs chrétiens. Ils ont entendu comment des prédicateurs chrétiens ont utilisé la chaire pour déprécier l’islam et les musulmans. Quand ils virent le programme des campagnes, ils pensèrent que c’était encore une campagne où les chrétiens diraient du mal des musulmans.

Je me souviens d’un épisode où des bagarres eurent lieu dans les rues avant le début de la campagne. Après avoir entendu mon premier message sur Jésus, ils comprirent que je ne critiquerais pas l’islam. Quinze chefs musulmans vinrent à mon hotel ce soir-là. Ce fut un des plus émouvants moments de ma vie quand ils dirent : « Monsieur Youngren, nous reconnaissons que vous n’êtes pas venu pour nous attaquer nous et notre religion, vous avez seulement parler avec amour du Seigneur Jésus Christ. »

Quand je fus capable de partager avec amitié l’amour de Dieu révélé dans Jésus, les malentendus n’existèrent plus. Je ne dis pas que nous fûmes d’accord sur tout ou bien que ces chefs reҫurent Jésus comme leur sauveur cette nuit-là. Non, nous avions encore toujours nos différents.  Mais quand je mis l’accent sur l’amour de Dieu révélé dans Jésus, ils voulurent écouter de bonne volonté.

bandes dessinées

En 2006 les journaux européens publièrent des bandes dessinées sur le prophète Mohammed. Les musulmans virent cela comme un blasphème et il y eu des démonstrations partout dans le monde. Malheureusement, certains moururent au cours d’émeutes. Les chrétiens défendèrent vigoureusement les bandes dessinées au nom de la liberté de la presse. Les clercs musulmans étaient tout aussi vigoureux de leur côté pour dénoncer le blasphème. A nouveau, de nombreux prédicateurs chrétiens entrèrent dans le débat. Certains proclamèrent que les émeutes violentes montrèrent le vrai visage de l’islam. Je suis pour la liberté d’expression et malheureusment cette liberté manque dans beaucoup de pays musulmans. Mais les chrétiens devraient en savoir davantage que d’attaquer les autres religions. Quand les médias profanent les valeurs chrétiennes, nous sommes offensés et nous leur demandons d’arrêter. Les chrétiens protestent contre des films comme « La dernière tentation du Christ » ou « le code DaVinci », parce qu’ils donnent un portrait de Jésus qui est un blasphème pour nous. Cela devrait être naturel pour nous de nous montrer respectueux envers les autres. Notre tâche réelle est bien plus importante que de défendre ou de critiquer des bandes dessinées. Le devoir des politiciens est de faire de la politique. Le devoir des éditeurs de journaux est d’ écrire des éditorials. Notre souci n’est pas la liberté de parler mal sur les autres, mais la liberté d’exprimer les bonnes nouvelles de ce que Dieu a fait pour le monde en Jésus Christ.  Je challenge les chrétiens de mettre le focus sur ce qui est notre devoir, et je challenge les musulmans de ne pas être effrayer d’entendre l’Evangile de Jésus Christ.

Trop de livres ont été écrits sur les guerres entre les chrétiens et les musulmans. Mon centre d’intérêt est Jésus et son amour répandu pour tous.

Suis-je naïf?

Aux chrétiens qui me considèrent comme naïf de proposer l’amitié aux musulmans dans un monde de violence et de terrorisme, je demande : « Quel est votre approche du monde musulman ? » Je demande mes amis chrétiens qui attaquent et parlent de faҫon condescendante sur l’islam « Quels résultats voyez-vous ? »

Encore plus importante est la question suivante: Quelle approche a Jésus ? Jésus dit : « Et si quelqu’un entend mes paroles et ne les garde pas, moi, je ne le juge pas ; car je ne suis pas venu afin de juger le monde, mais afin de sauver le monde. Celui qui me rejette et qui ne reҫoit pas mes paroles, a qui le juge ; la parole que j’ai dite, celle-là le jugera au dernier jour » (Jean 12 :47-48). Ces versets sont intéressants.

Jésus dit :

1. Il ne jugera pas maintenant celui qui ne croit pas en Lui
2. Le but maintenant est de porter le salut au peuple
3. Le jugement viendra au dernier jour.

Voyez-vous comment cela nous délivre de juger les autres? Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de jugement. Non, Dieu jugera toute personne au dernier jour.

A chaque occasion, Jésus ignora la question et resta centré sur Son message – apporter le salut et la nouvelle vie à tout le monde, sans discrimination.

Il existe beaucoup de possiblités de nos jours de participer à des débats politiques. Jésus dut aussi faire face à ce challenge. La femme samaritaine qui parla avec Jésus, essaya de commencer un débat sur où se trouvait le lieu correct d’adoration – à Jerusalem ou en Samarie (Jean 4). Les disciples voulurent parler de l’établissement du royaume politique d’Israël (Actes 1 :4-8). A chaque occasion, Jésus ignora la question et resta centré sur Son message – apporter le salut et la nouvelle vie à tout le monde, sans discrimination. Jésus n’est pas venu pour condamner, mais pour sauver. Nous suivons Jésus!

Cet article est extrait du livre “Mes amis musulmans” de Peter Youngren. Pour obtenir une copie du livre, voyez la librairie électronique http://www.peteryoungren.org

Dans ce livre parfois provocateur et confrontant, les chrétiens sont encouragés à se débarraser de regards sectaires sur les musulmans, alors que les musulmans sont encouragés à apprendre à connaître davantage l’Evangile de Jésus Christ. L’auteur cite librement aussi bien de la bible que du coran, mentionant que ces deux livres sont les seules écritures anciennes qui donnent une position prédominante à Jésus. Dans un monde qui se précipite de plus en plus vers un désastre, ce livre plaide en faveur d’un chemin d’amitié plutôt que de fanatisme, de dialogue plutôt que de division. Mais avant tout, les lecteurs seront attirés vers une rencontre plus profonde de Jésus.

 

 

 

 

Par: Peter Youngren

As founder of World Impact Ministries, Celebration Bible College, Way of Peace and the Celebration Churches in Toronto, Hamilton and Niagara, Canada, Peter is committed to equipping believers to fulfill their purpose before the return of Jesus Christ.

Plus sur Peter Youngren | Article par Peter Youngren