Le croyant comme récipient de la présence de Dieu

Par: Miscellaneous Authors
De: September-October 2010
Trouvé dans: L’Evangile de la grâce
N’avez-vous jamais ressenti le besoin d’avoir plus d’amour pour vos frères et soeurs qui ne sont pas encore sauvés? N’avez-vous jamais demandé Dieu de vous aider à être un meilleur serviteur du Christ ?

Quand j’étais dans l’armée lors de la première guerre mondiale, Dieu m’appela à joindre un petit groupe indépendant de missionnaires en Afrique, bien que j’avais projeté une autre carrière. Je ne fus pas longtemps à ressentir mon insuffisance.

Ce n’était pas que je fus tiède pour Jésus ; ce n’était pas que je m’étais détourné de Lui pour d’autres choses. J´étais un serviteur, et je désirais réellement introduire mes frères africains à Jésus.

L’insuffisance que je ressentais était tout d’abord un besoin d’amour. Je ressentais profoundément que je n’avais pas l’amour nécessaire. Et je ressentais le besoin de foi – et le besoin de puissance. Tout cela était relié l’un à l’autre.

Je commenҫai à me dire : « Apportons-nous vraiment quelque chose de valeur aux Africains ? Apportons-nous simplement un code étique? Ou une lithurgie ou une histoire de foi? Avons-nous vraiment à leur transmettre quelque chose qui transforme la vie ? »

Ensuite je fis la demande personnelle: Est-ce que j’avais moi quelque chose de valeur à transmettre ?

Je pensais qu’Il devait canaliser dans mon coeur de la foi, de la puissance et de la sainteté – et me rendre meilleur.

Alors que je me posais ces questions, je remarquais qu’une perturbation du ministère perturbait aussi la vie personnelle. J’étais irritable à la maison d’une manière dont je n’avais jamais été – et cela ma femme pouvait le confirmer – et j’étais critique envers les autres pour couvrir med propres fautes.

Alors que je doutais, posais des questions et cherchais des des réponses à mon insuffisance dans la bible, j’y trouvais d’étonnantes réponses. Certaines m’ont beaucoup secouées. Elles ont changé tout ma faҫon de voir –ainsi que mes expériences.

Je ne peux pas les appeler révélations personnelles, parce qu’elles sont dues à une révélation donnée par l’Esprit Saint.

Au début, je demandais à Dieu de me rendre meilleur.

Je me disais Je suis un serviteur du Christ, je suis racheté par Sa grâce, je Lui appartiens. Je dois demander à Dieu de me rendre meilleur pour servir le Christ.

Je pensais qu’Il devait canaliser dans mon coeur de la foi, de la puissance et de la sainteté – et me perfectionner, me rendre meilleur.

Je dus apprendre durement que s’améliorer, se perfectionner est un péché et une impossibilité. Cela vint comme un grand choc.

Bien que mon idée de comment Dieu devait répondre à mon problème n’était pas bonne, mon sentiment d’insuffisance était bon. Ce sentiment me renvoya à la bible. Et ma première découverte vint quand je lus un des vers célèbres de la première lettre de Jean : « Dieu est amour. »

Soudain, je compris quelque chose. Il n’était pas écrit que Dieu possède de l’amour, mais que Dieu est amour. Si quelqu’un possède quelque chose, il n’est pas cette chose. C’est quelque chose qui est attaché à lui, comme si vous avez quelque chose dans un manteau ou dans une poche. Vous l’avez ou le possédez, et vous pouvez le partager. Mais la bible ne dit pas que Dieu possède de l’amour, mais que Dieu est amour.

Je ne pourrais jamais aimer!

L’amour ne doit donc pas être une chose que je possède. L’amour est exclusivement une Personne. Dieu est amour. C’est pourquoi il n’existe pas dans l’univers d’autre amour pure, non égoïste au delà de Dieu Lui-même. L’amour est une charactéristique d’une seule Personne – et cette personne n’est pas Norman Grubb.

Ce fut un choc pour moi. Je croyais que je pouvais recevoir de l’amour, canaliser l’amour à travers moi, et que je serais alors plus en possibilité d’aimer. Et voilà que je trouve écrit dans la bible Dieu qui dit « Tu n’auras jamais un pouce d’amour. C’est Moi qui suis amour, et voilà, c’est tout. »

Le Christ ne possède pas la force, la puissance, mais Il est cette force, cette puissance.

L’amour est une personne ; une Personne qui seule aime – et ce n’est pas moi, et ce n’est pas vous. Dieu est amour, et c’est pourquoi l’amour est Dieu aimant/Dieu qui aime.

Je me mis à penser autrement. Et je le mis en relation avec mon besoin de force, de puissance. Et je trouvais un vers dans le premier chapitre de la première lettre aux Corinthiens où il est écrit que le Christ est la force/la puissance de Dieu. Non pas que le Christ possèdela puissance, mais qu’Il est la puissance, la force de Dieu.

Encore une fois, j’avais pensé que la puissance était quelque chose qui m’était donné, et qu’elle me ferait un serviteur fort et puissant du Christ. Et je découvris qu’aussi la puissance est une Personne. Et que cette personne n’est pas moi, mais exclusivement le Christ qui est Dieu. Et cela n’a pas d’importance si vous L’appelez Dieu, Fils ou Saint Esprit.

Ensuite je vins sur la chose que chaque chrétien se dit d’avoir. Tout chrétien accepte le fait d’avoir la vie éternelle. Il sait qu’il aura une vie qui continue pour toujours dans le ciel. (« Le don de Dieu est la vie éternelle à travers Jésus Christ le Seigneur »)

Et je découvris que la vie éternelle est quelque chose que je n’aurais jamais – parce que Jésus ne dit pas « J’ai la vie à te donner » - mais « Je suis la vie ».

Encore une fois, je découvrais que quelque chose que je croyais avoir/posséder – la vie éternelle – en fait était une Personne, et que ce n’était pas moi. Jésus Christ est « la vie éternelle ». 

Mais que faire de moi dans tout cela ?

J’arrivais finalement sur une déclaration qui rassemblait tout et terminait mes recherches par son absolu. Le vers est dans la lettre aux Colossiens 3 :11 qui dit des croyants dans le Christ que « le Christ est tout et en tous. »

Le Christ est tout, et non pas le Christ possède tout.

Et si le Christ est tout, qu’est-ce qui reste pour moi ? Très peu d’après mes calculs.

Je croyais que j’étais quelqu’un et que je pouvais recevoir quelque chose, mais je découvrais que Dieu avait tiré le bon numéro. Le Christ est tout.

Et je voyais le lien. Le Christ est tout et en tous.

Encore une fois, je découvrais que quelque chose que je croyais avoir/posséder – la vie éternelle – en fait était une Personne, et que ce n’était pas moi.

Et alors je vis pour la première fois que la seule raison de notre existence est de contenir le Créateur ! Non pas d’être quelque chose, mais de contenir Quelqu’un.

C’est ainsi que se révéla à moi une très grande vérité. Nous les humains nous percevons l’être humain comme très important. Mais nous avons une fausse idée de la raison de notre existence.

C’est une distorsion de l’ego, de notre moi, qui voile l’humanité. Bien que nous croyions que nous sommes importants en nous-mêmes, toutes ces recherches me montrèrent que nous ne le sommes pas.

Il n’y a qu’un seul Moi dans l’univers qui soit vraiment important. Je dirais même qu’il n’y a qu’un seul Moi.

Pourquoi? Parce qu’il n’y a qu’une Personne dans l’univers qui a dit « Je suis ». 

Il n’y a qu’une Personne dans l’univers qui a dit « Je suis ». 

Dieu dit que c’est Son nom - il y a des milliers d’années – quand Moïse lui demanda ce qu’il devait dire quand le peuple lui demandera , « Quel est le nom de ton Dieu ? » (Exode 3 :13-14)

La bible dit qu’à la fin des temps, c’est Dieu qui sera tout en tous. Dieu tout en tous! Qu’est ce qui reste? Rien. C’est énorme.

Le pourquoi de notre existence

Il n’y a qu’une Personne et l’être humain est appelé à avoir une relation vivante avec Elle seule, afin qu’Elle puisse se manifester Elle-même dans sa perfection de vie et d’amour à travers nous.

Toute la création existe parce que l’Esprit doit avoir un corps pour Se manifester. Les Ecritures disent « Toute la terre est remplie de Sa gloire » et « le Christ est monté pour remplir toutes choses ».

S’Il remplit toutes choses, toutes choses le contiennent.

S’Il remplit toutes choses, toutes choses le contiennent. C’est dans cela que se trouvent la grandeur et la profondeur de l’humanité.

La grandeur est tout simplement le fait que la création peut contenir Dieu comme Personne. Une personne ne peut se manifester comme personne qu’à travers une relation avec une autre personne. Vous ne pouver avoir une communion avec un chien ou une pierre. Vous pouvez admirer un atome ou une pierre précieuse, mais vous ne pouvez pas communiquer avec elles. Mais je peux communiquer avec vous parce que vous êtes de la même espèce.

Dieu peut manifester ses merveilles et Sa beauté à travers les fleurs et les arbres. Nous pouvons les voir à travers le microscope et nous émerveiller – mais nous ne pouvons dire « Elles sont Dieu ».

La plus grande merveille est quand nous pouvons regarder un être humain et dire « Dieu est en lui/en elle. » 

La profondeur de l’humanité est la liberté donnée à chaque être humain. Le choix libre est l’essence de l’être humain et en ceci se trouve le danger de la profondeur.

Et c’est pourquoi Dieu se trouva en face d’un grand dilemme quand Il créa l’être humain, parce qu’Il savait que les personnes qu’Il allait créées pouvaient se retourner et dire « Merci beaucoup, mais je ne veux pas que Tu vives en moi ».

Et c’est ce qui arriva.

Nous avons fait de notre ego notre Dieu. Nous dirigeons nos vies tout naturellement comme nous le voulons. Et ceci est notre grand problème.

Nous dirigeons nos vies tout naturellement comme nous le voulons. Et ceci est notre grand problème.

Il n’y a que nos réactions qui causent des problème dans nos vies.

Le diable n’est pas un problème. Ce problème a été traité il y a 2000 ans de cela.

Votre voisin n’est pas un problème.

Les circonstances ne sont pas un problème.

Le seul problème est votre réaction.

Notre problème est un moi distorsionné, un moi hors d’embraillage.

Quand nous savons comment traiter notre moi humain et comment le remettre là où il appartient, nous avons trouvé la clé de la vie.


Norman Grubb (1895 – 1993) fut missionnaire, auteur et enseignant. Vous pouvez en lire davantage sur sa vie sur http://www.NormanGrubb.com.

Cet article est un extrait d’un article appelé « La clé de tout ».